Logo Felix Le Dantec

Lycée Le Dantec. Seconde vie pour les lunettes © Le Télégramme

Rien ne se perd, tout se récupère. Dans le cadre d’une opération Zéro déchet, des lycéens de Le Dantec ont notamment collecté des lunettes, qui seront remises en état et redistribuées en Inde ou en Afrique de l’Ouest.

Lancée par Nathalie Eveno, professeur d’italien, et ses élèves comme un « clin d’œil au stéréotype » du Transalpin indissociable de ses lunettes de soleil, l’idée de collecter des lunettes a fait son chemin. Josiane Donval, la représentante de Médico Lions Clubs, pourra bientôt récupérer six cartons.            © Le Télégramme

Dans six boîtes en carton disposées dans des lieux de passage du lycée Le Dantec, les paires de lunettes usagées s’entassent. La collecte a été initiée par les élèves de seconde de la section italien et leur professeur, Nathalie Eveno, dans le prolongement de l’opération Zéro déchet (Le Télégramme du 23 mars). « Jusque-là, on se limitait aux déchets alimentaires, on a décidé cette année de l’élargir à d’autres déchets », rapporte Laurent Lintanf, documentaliste de l’établissement. Les élèves de la section italien ont ainsi mené campagne pour inciter les usagers de la cafétéria « à ne pas laisser traîner les gobelets ». Ils ont aussi installé une boîte à idées, dans le but « de trouver des solutions » de substitution au tout jetable. « Même si les gobelets sont en carton, c’est imparfait », reconnaît Laurent Lintanf.

Des téléphones également recyclés

D’autres élèves, de la classe de Daniel Lessard, ont entrepris la semaine passée, de récupérer des vieux téléphones portables qui seront vendus à une entreprise de recyclage. La recette sera reversée à une association qui œuvre à la scolarisation d’enfants au Niger.

Lunettes remises en état et redistribuées

Quant aux lunettes, elles intéressent Médico Lions Clubs, la branche santé du club service qui a fait de la lutte contre la cécité, l’une de ses priorités. Les paires collectées (plus d’un million par an) sont acheminées au centre de recyclage que l’association humanitaire possède au Havre. « Les verres, les branches, même cassées, tout est réutilisé. Les paires de lunettes sont démontées, retravaillées, désinfectées, la dioptrie est remesurée », détaille Josiane Donval, la représentante de Médico Lions Clubs. Une fois remises en état, les lunettes sont redistribuées dans 34 pays, « essentiellement en Afrique de l’Ouest et en Inde ».
© Le Télégramme