Logo Felix Le Dantec

COP21, le lycée Le Dantec s’engage

Reportage de Jennifer Pinel du Télégramme le jour de l’action « Un Arbre pour le Climat »

Un élève modèle, le lycée Félix-Le Dantec, dans la lutte pour le développement durable ! Invité à planter un arbre pour le climat, à l’aube de la Cop 21, c’est tout un verger que l’établissement a décidé de créer, avec la mise en terre d’une quinzaine de pommiers de variétés locales et bio.

« Après Mielix, l’excellent miel bio de Félix, on aura bientôt Compotix, délicieuse compote bio de Félix ! » Le verger du lycée à peine planté, le slogan publicitaire est déjà tout trouvé. Documentaliste, Laurent Lintanf est aussi le Monsieur Agenda 21 du lycée Félix-Le Dantec. Coordinateur des actions, c’est avec une fierté non dissimulée qu’il a assisté, hier, à la plantation du premier des quinze arbres fruitiers, dans le terre-plein végétal récemment créé au centre de la cour de récré. Près de 2.000 élèves convergent chaque jour vers cet espace vert parsemé de bancs invitant à la détente et bientôt jonché de pommes à couteau. Le fruit des « variétés locales et bio sélectionnées », s’il vous plaît : la pigeonnet d’Armor du Trégor, la cox’s orange, la haute bontée, la reine des reinettes, la reinette de Châtelaudren et la reinette de Guingamp blanche. « Après sondage, on a pu constater que les élèves souhaitaient, à une grande unanimité, qu’il y ait plus de nature au sein de l’établissement », informe Laurent Lintanf. La volonté de la direction y contribuant, leurs vœux ont été exaucés, peut-être même bien au-delà de leurs espérances.

Du pollen bio pour les 250.000 abeilles
Invité à planter un arbre pour le climat, à la veille de l’ouverture de la Cop 21, c’est tout un verger que le lycée a, en effet, décidé de créer, sur ce fameux terre-plein central et sur les pelouses situées à l’arrière du bâtiment E. C’est qu’à « Le Dantec », on ne fait pas dans la demi-mesure, lorsqu’il s’agit d’oeuvrer pour la protection du climat. En 2012, la terrasse du centre de documentation a abrité ses premières abeilles d’Ouessant. Depuis, la population des apidés a été multipliée par cinq, soit près de 250.000 abeilles. Sous l’impulsion du club d’apiculture, qui brasse des élèves de toutes les filières et tous les niveaux, la production de Mielix, le miel bio de Félix, s’est accrue, d’année en année.

Consoude, hôtels à insectes et nichoirs à mésanges
Garantes de la biodiversité, les ouvrières ailées de Félix pourront bientôt butiner les fleurs des pommiers du lycée. Du pollen bio, bien sûr, l’entretien des plantations étant évidemment d’emblée envisagé sans pesticides ni engrais chimiques.
Pour bien commencer, les arboriculteurs en herbe disposeront des feuilles de consoude autour des scions des pommiers. De quoi enrichir localement le sol en potasse, de manière naturelle. « Cet élément nutritif est important pour une croissance équilibrée, une meilleure résistance aux maladies et à la sécheresse. Il améliore aussi la saveur des fruits et la rigidité des tiges », avise Eric Lacouture, professeur passionné et investi de SVT et créateur du club apiculture. Ensuite, les lycéens laisseront faire la nature, « elle qui fait si bien les choses ». Outre les hôtels à insectes installés ici et là, ce sont les nichoirs à mésanges livrés par la Ligue de protection des oiseaux (LPO), partenaire de l’opération, qui contribueront à la bonne vitalité du verger. « Les mésanges sont des prédateurs naturels des larves parasites des pommes. Pour élever une nichée, un couple consomme 10.000 larves et elle en fait deux par an », indique ainsi Gilles Bentz, de la LPO. Pensé globalement, le verger de Félix promet ainsi de belles récoltes automnales, pour le plaisir des lycéens, soucieux, comme Élise, de « préserver la nature ». Ne leur restera plus qu’à croquer la pomme et la vie à pleines dents, sur les bancs de leurs premiers amours.

© Le Télégramme

Les photos de Ouest-France :

Photo OF
Photo OF
Photo OF